MOT DU MINISTRE DE L’EDUCATION

Ministre KANDIA CAMARA

 

Le système éducatif ivoirien se présente comme l’un des piliers de construction d’une Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020. L’atteinte de cet objectif nécessite la prise en compte d’une approche éducative favorisant l’initiative personnelle, la créativité, l’autonomisation et la responsabilisation de l’apprenant.

Ces dernières années, au sein de notre Département ministériel, la pratique accrue des activités socioéducatives et coopératives (compléments indispensables à l’entreprise pédagogique) a contribué à installer chez nos apprenants de nouveaux comportements et de bonnes pratiques beaucoup plus axés sur la cohésion sociale, le respect de la diversité culturelle, le respect de la chose publique, l’écocitoyenneté et le développement durable. Atitre d’exemple, l’on peut noter la mise en œuvre de projets éducatifs dans nos écoles, qui confèrent aux apprenants, des habiletés et des compétences et développent chez eux, la culture de la responsabilité et du leadership. Ainsi:

1) le développement d’un projet d’agriculture hors sol de légumes dans la cour de l’école permet d’améliorer le menu de la cantine scolaire et également de générer des revenus pour la classe coopérative;

2) la gestion de la boutique de l’école par les élèves eux-mêmes permet de mettre des fournitures scolaires à la disposition de leurs pairs;

3) la création d’un journal de l’école par les élèves facilite d’une part, la communication, l’information et d’autre part, le développement de talents de futurs journalistes et écrivains. La vente de ces journaux apporte des revenus à la caisse de la coopérative;

4) la création d’une ferme avicole contribue également à l’amélioration du menu des cantines par l’apport en protéines animales.

Au regard de ces résultats encourageants, il s’avère indispensable de mettre en place des stratégies innovantes pour renforcer les acquis dans le domaine socioéducatif et coopératif afin de contribuer à donner une réponse au:

  1. décrochage scolaire de nombreux enfants qui sortent du système scolaire sans aucun savoir-faire ou qualification élémentaire nécessaire à leur insertion dans la vie active ;
  2. problème d’employabilité des diplômés sans qualification.

En conséquence, le Ministère de l’Education Nationale et de l’EnseignementTechnique sollicite l’accord du Conseil des Ministres pour autoriser le développement de l’Education à l’entrepreneuriat dans le système éducatif ivoirien. Pour ce faire, il entend bénéficier dupartenariat de l’Organisation Internationale des Ecoles Communautaires Entrepreneuriales Conscientes (OIECEC) qui offre une voie éducative moderne et humaniste dans les Ecoles Communautaires Entrepreneuriales Conscientes (ECEC).

Les Ecoles Communautaires Entrepreneuriales Conscientes, initiées au Canada (Québec) et adoptées dans plusieurs pays sur les cinq continents, mettent en œuvre une approche éducative autonomisante, responsabilisante et transformante. Elles s’inscrivent dans la perspective d’une éducation globale qui invite les apprenants à exercer des choix à même de contribuer à un nouvel équilibre social, économique et écologique.

La culture entrepreneuriale se construit par des expériences entrepreneuriales qui sont principalement:

  1. des projets (conçus et mis en œuvre par les élèves) ;
  2. des visites d’organisations diverses (entreprises,ONGnationales et internationales porteuses de valeurs…) ;

iii) des rencontres avec des personnes qui sont issues du milieu de l’entrepreneuriat et qui font preuve de créativité dans leur façon de penser et d’agir.

Au total, il convient de noter que l’élément novateur, c’est que l’élève se trouve au centre de tout le processus. En effet, il conçoit lui-même un projet et cherche les stratégies, les ressources intellectuelles et matérielles pour le mener à terme.

La culture entrepreneuriale est fondée sur des qualités ou valeurs qui sont :

l’Autonomie, la Capacité d’adaptation, la Coopération, la Créativité, la Débrouillardise, la Détermination, l’Engagement, l’Esprit d’équipe, l’Initiative, le Leadership, la Persévérance, la Rigueur, le Sens de l’effort, le Sens des responsabilités, la Solidarité, la Souplesse, laTolérance aux stress.

Résultats attendus:

Afin d’amener l’élève à développer sa capacité d’action, à renforcer son profil entrepreneurial, à s’engager pleinement dans ce qu’il veut faire et à mener à terme ce qu’il entreprend, les résultats attendus sont:

  1. l’éducation à l’entrepreneuriat est pratiquée dans toutes nos écoles (préscolaires, primaires et secondaires) ;
  2. les élèves sont plus motivés à venir apprendre à l’école, grâce à l’amélioration de la qualité de l’environnement scolaire (une école devenue attrayante, une école amie des enfants) ;
  3. le personnel éducatif et enseignant est motivé, mobilisé et enthousiaste à remplir ses tâches d’encadrement et d’enseignement;
  4. les résultats académiques sont améliorés grâce à l’instauration d’un climat de paix, de solidarité au sein de l’école ;
  5. les élèves, les éducateurs, les parents et la communauté éprouvent une grande fierté d’avoir une école responsable, intégrée à la communauté ;
  6. les apprenants ont acquis des compétences de vie leur donnant:
  • les capacités d’élaborer et de mettre en œuvredes projets éducatifs
  • les capacités d’élaborer un plan de gestion administrative et financière d’une     microentreprise coopérative ;
  • les capacités d’entreprendre et de créer leur propre unité de production dans le cadre de leur insertion sociale;
  1. l’école participe à la résolution des problèmes d’employabilité en facilitant l’insertion sociale des apprenants.

Telle est l’économie de la présente communication soumise à l’approbation du Conseil des Ministres pour autoriser le développement de l’Education à l’entrepreneuriat dans le système éducatif ivoirien.

Le Ministre de l’Education Nationale

et de l’EnseignementTechnique

KandiaCAMARA

Facebook Commentaire